Achat d'un violoncelle

0
Contributeurs
0
Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email
Share on print

Je considère mon violoncelle comme ma voix. Pouvoir étendre son moyen d'expression avec un instrument comme celui-ci me permet d'exprimer des intentions que je n'imaginais pas pouvoir être capable de ressentir.

Jérémy Garbarg

La musique est un langage qui permet de partager avec le public et d’autres musiciens des émotions fortes que l’on ne peut exprimer par des mots. Mon rôle d’artiste est de contribuer au partage de la musique en offrant à des publics de classes différentes des moyens variés pour ressentir la richesse expressive de ce langage.

Au cours des dernières années, j’ai commencé à me sentir limité expressivement par l’instrument que je jouais. C’était un instrument très puissant, homogène et brillant qui m’a permis d’évoluer au CNSM de Paris, dans différents concours et scènes internationales. 

Après de nombreuses recherches dans toute l’Europe et aux Etats-Unis, j’ai eu un véritable coup de cœur pour la sonorité chaleureuse, ronde, et noble de ce violoncelle italien fait par Rugieri au début du 18ème siècle.

 

Ce violoncelle

 

 

L’étude des veines du bois permet de dater avec grande précision la date de coupe de l’arbre qui a servi à construire cet instrument. L’épicéa a été abattu en 1685 et la construction est typique de l’atelier de Rugieri à Crémone. Belle coïncidence, le même arbre a d’ailleurs permis la construction d’un violon de Andrea Guarneri. Cet instrument est donc antérieur d’une génération à la grande époque de Stradivarius qui a établi les standards de la lutherie.

J’ai récupéré cet instrument à Londres et grâce à la générosité et la persévérance de Thomas Wei chez Florian Leonhard, je le joue maintenant quotidiennement depuis décembre 2019.

 

Prêt d’instruments

 

Pourquoi ne pas essayer de me faire prêter un instrument plutôt que de miser ma vie sur cette acquisition, me direz-vous. 

Premièrement, le système de prêt d’instruments à des jeunes artistes prometteurs par des fondations est peu développé en France. Il commence à apparaître grâce au travail acharné de Raphaël Pidoux et Talents & Violoncelles mais reste anecdotique en comparaison avec les systèmes allemand, russe, asiatique, américains, etc. En jouant le 2ème Concerto de Haydn en demi-finale de l’ARD de Münich, j’ai eu la drôle de surprise de me retrouver face à cinq candidats jouant magnifiquement sur des instruments exceptionnels, et évidemment prêtés. Un sérieux désavantage se créait alors naturellement.

Deuxièmement, un prêt s’il se conclue, reste un prêt. Cela implique donc de devoir rendre l’instrument à son propriétaire à un moment qui n’est pas nécessairement choisi. La relation que je développe avec mon instrument est très humaine, il est mon meilleur ami. Ne pas posséder son instrument, c’est s’attendre à une douloureuse perte.

Enfin, la raison certainement la plus importante est que le choix de sa “voix” est très intime et personnel. J’ai mis des années avant de trouver le violoncelle qui convenait parfaitement au son que j’imaginais. Une fondation va dans le meilleur des cas laisser le choix entre deux ou trois instruments qui ne conviendront jamais à 100% à tout le monde.

© Copyright photo Jérémy Garbarg

 

 

Me soutenir dans ce projet

 

Avoir la chance inouïe de jouer sur un tel morceau d’histoire a un coût très élevé pour un jeune artiste en fin d’études. 

Grâce au groupe BPCE, à la Fondation d’Entreprise Banque Populaire dont je suis lauréat, et à de généreux mécènes, j’ai pu bénéficier de conditions avantageuses dans l’obtention d’un prêt, pour payer la moitié du prix de l’instrument. Grâce au soutien du luthier Florian Leonhard Fine Violins Ltd, j’ai la possibilité de payer la deuxième moitié dans 10 ans. Cela me laisse donc le temps de voir comment ce violoncelle me permet d’évoluer dans le monde musical. 

Cela reste néanmoins un choix de vie très important et difficile à assumer. 

Autrefois, pour soutenir un artiste que vous affectionniez particulièrement, le geste le plus évident était d’acheter son dernier CD et d’aller l’écouter en concert. Nous appartenons aujourd’hui à une époque où la musique fleurit sur toutes les plateformes de streaming et les artistes ne profitent malheureusement que de manière infime du soutien infaillible de leur public. Heureusement d’ailleurs que des initiatives comme la création de la plateforme de streaming RecitHall voient le jour…

Je vous propose par le biais de ce financement participatif une alternative qui vous permet de participer à la démarche d’aider un jeune musicien à acquérir un instrument si précieux, et de s’assurer que ce morceau d’histoire de l’art finisse entre des mains soigneuses et talentueuses.

 

D’avance merci.

 

Pour un don de :

10
  • Figuration dans la liste des mécènes
  • Lettre de remerciements
  • Accès à des vidéos exclusives
  • Album digital dédicacé
  • Invitations aux concerts
  • Concert privé

Pour un don de :

25
  • Figuration dans la liste des mécènes
  • Lettre de remerciements
  • Accès à des vidéos exclusives
  • Album digital dédicacé
  • Invitations aux concerts
  • Concert privé

Pour un don de :

50
  • Figuration dans la liste des mécènes
  • Lettre de remerciements
  • Album digital dédicacé
  • Accès à des vidéos exclusives
  • Invitations aux concerts
  • Concert privé
Préféré

Pour un don de :

100
  • Figuration dans la liste des mécènes
  • Lettre de remerciements
  • Accès à des vidéos exclusives
  • Album digital dédicacé
  • Invitations aux concerts
  • Concert privé

Pour un don de :

500
  • Figuration dans la liste des mécènes
  • Lettre de remerciements
  • Accès à des vidéos exclusives
  • Album digital dédicacé
  • Invitations aux concert
  • Concert privé

Pour un don de :

1 000
  • Figuration dans la liste des mécènes
  • Lettre de remerciements
  • Accès à des vidéos exclusives
  • Album digital dédicacé
  • Concert privé

MERCI !

  • 4 anonymous contributors
   
  • Monique Bantigny
 
  • Jean-Claude & Françoise Lehmann
 
  • Monique & Robin Ganellin
 
  • Giacomo Cataldo
 
  • Christine et Etienne Athurion